L’opéra, une pièce non conventionnelle qui fait appel à un vaste éventail de styles musicaux allant des ballades de l’ère des Tudors à la superposition de sons électroniques modernes, a été commandé par l’Opéra d’État de Vienne et présenté en première sur sa scène en 2019.

Neuwirth Pour cette œuvre de trois heures, Neuwirth s’est inspirée de « Orlando: A Biography », le récit fictif de 1928 de Woolf d’un jeune poète du XVIe siècle en Angleterre qui devient mystérieusement une femme à l’âge de 30 ans et vit jusqu’au début du XXe siècle. Le livre, qui montre comment le genre peut être variable selon les circonstances, est considéré comme un classique féministe et a été largement étudié par les spécialistes des questions liées aux femmes, au genre et aux transsexuels.

« Je voulais illustrer la merveilleuse diversité de la vie et évoquer une forme subtile d’attirance sexuelle qui ne peut être rattachée à un seul genre », a déclaré Neuwirth. « Qui plus est, le personnage principal refuse d’être traité avec condescendance, ce qui arrive continuellement aux femmes sans aucune perspective de fin. »

Mme Neuwirth a étudié la composition à l’Université de musique et des arts du spectacle de Vienne et au Conservatoire de musique de San Francisco, ainsi que la peinture et le cinéma au San Francisco Art Institute. Elle vit et enseigne à Vienne.

Au début de l’année, elle a remporté le 2021 Wolf Prize in Music, un prix international prestigieux décerné en Israël qui a également été attribué à Stevie Wonder.

« « Orlando » est une œuvre énorme, extrêmement ambitieuse », a déclaré Marc Satterwhite, qui dirige le prix Grawemeyer de la musique. « Le livret et la partition aux multiples facettes remettent en question nos idées préconçues sur les rôles sexospécifiques et sexuels et mettent à l’épreuve nos idées sur ce que l’opéra est et n’est pas. Il semble également approprié que le premier opéra composé par une femme à être joué à l’Opéra d’État de Vienne, un lieu longtemps considéré comme un bastion de la tradition, s’attaque à ces questions. »

Ricordi Berlin, la branche allemande de l’éditeur de musique italien Casa Ricordi, a assuré la publication de cette œuvre primée.

Les lauréats des prix Grawemeyer de l’année prochaine sont désignés cette semaine, sous réserve de l’approbation officielle des administrateurs de l’université. Ces prix annuels, d’un montant de 100 000 dollars, récompensent également les idées phares dans les domaines de l’ordre mondial, de la psychologie, de l’éducation et de la religion. Les lauréats se rendront à Louisville en avril pour recevoir leur prix et tenir des conférences gratuites sur leurs idées gagnantes.

Photo – https://mma.prnewswire.com/media/1702674/University_of_Louisville_Olga_Neuwirth_headshot.jpg

SOURCE University of Louisville

Previous articleOper zur Erforschung der Geschlechtsidentität gewinnt Grawemeyer-Preis
Next articleAsian Markets Mostly Higher Amid Easing Virus Concerns